Château d'Hélécine 2 Rue Armand Dewolf 1357 Hélécine

Historique

L’abbaye d’Heylissem fut fondée au début du 12e siècle par le seigneur René de Zetrud. À cette époque, les chanoines norbertins, communauté très riche et puissante de Hesbaye, étaient implantés sur le site.

Durant les deux siècles suivants, l’abbaye d’Heylissem a fortement accru son patrimoine pour affermir ensuite son autorité religieuse. L’abbaye possédait d’ailleurs plusieurs moulins et une brasserie en plus desquels la communauté exploitait de nombreuses fermes afin de subvenir à ses besoins.

La position stratégique de l’abbaye d’Heylissem, située à la frontière des États du Duché de Brabant, du côté de la Hesbaye, a permis d’assurer sa protection auprès des Ducs de Brabant, qui lui ont donné un rôle de forteresse. À plusieurs reprises, l’abbaye et ses alentours furent le terrain de combats.

Aux 16e et 17e siècles, les guerres sanglantes forcèrent régulièrement les moines à abandonner les lieux, puis à y revenir pour réparer les dommages. Les bâtiments conventuels furent brûlés lors de la guerre de 1507 ; l’église, le réfectoire, le dortoir et la maison abbatiale furent également brûlés en 1568 à la suite des Guerres de religion ; l’abbaye fut occupée par le Prince d’Orange et ses troupes en 1635 ; et elle fut saccagée en 1693 suite à la bataille de Neerwinden.

Il faut attendre le 18e siècle pour que la tranquillité s’installe à l’abbaye d’Heylissem, ce qui permettra d’agrandir à nouveau son patrimoine et surtout d’accéder à un certain niveau de splendeur.

Le soin de rebâtir l’abbaye fut confié à l’architecte bruxellois Laurent Dewez. C’est à lui que l’on doit la forme générale du dôme actuel.

Après la Révolution française, l’abbaye fut désacralisée et devint un château qui passera de main en main, jusqu’au moment où le domaine fut reconverti en une fabrique de sucre de betteraves, sous l’impulsion de son propriétaire Gustave van den Bossche au début du 19e siècle.

Fin du 19e, il fit appel au célèbre architecte Alphonse Balat pour apporter quelques transformations : il rehaussa le dôme et ajouta une terrasse entourée d’une balustrade. La façade latérale fut également retravaillée dans un style néoclassique.

En 1962, la Province de Brabant racheta le château, ses dépendances et le parc, qu’elle ouvrit au grand public.

De 2018 à 2023, le Brabant wallon va investir 22 000 000 € au Château d’Hélécine pour métamorphoser ce lieu, entre restaurations et nouveaux aménagements, afin de redéployer l’offre de services et d’étoffer les zones de loisirs, tout en permettant la préservation de ce patrimoine historique.

 

Passionné(e) d’histoire, cliquez ici pour lire l’historique complet.